NTIC

Madagascar , pour un développement durable des NTIC

Madagascar est plutôt connue pour ses différentes plaies et blessures : un pays politiquement instable en voie de développement, mais dans le domaine du TIC, la Grande île arrive à faire de l’ombre à de nombreux riches pays. On se souvient du prix Qwant du concours Startup Africaine remporté par une jeune société malgache. Et très récemment, une autre startup malgache s’est retrouvée à la 5e place sur 560 concurrents, lors du concours Startup Africaine 2018… Actuellement, grâce à plusieurs paramètres de plus en plus favorables au développement de ce secteur, le rêve de la jeunesse malgache pourrait se concrétiser : Madagascar, hub du TIC de l’océan Indien… 

Les facteurs de développement de l’Outsourcing dans la Grande Île

Depuis quelques années, le nom de Madagascar figure déjà parmi la liste des premiers choix des donneurs d’ordre, notamment, les grandes compagnies européennes. Pourquoi et comment ? Les raisons sont nombreuses :

  • Madagascar dispose d’une main-d’œuvre qualifiée. Les écoles et les instituts de formation professionnelle dédiés aux NTIC sont de plus en plus nombreux. Leurs ressortissants disposent ainsi des compétences et de savoir-faire assurés pour la maîtrise parfaite des outils de communication et de la nouvelle technologie.
  • Les sociétés offshores malgaches proposent des tarifs concurrentiels réduits, soit deux à trois fois moins couteux que ceux proposés par les prestataires du pays du Maghreb. Ce qui représente des économies considérables pour les Outsourcers.
  • Madagascar dispose d’une ressource qualifiée, notamment en informatique : câbles fibres optiques, faisceaux hertziens, LION-SAFE/ SAT-WASC, LION 2 et EASSy. Les entreprises de l’outsourcing de Madagascar sont également enthousiastes face à l’idée de miser sur la qualité et la performance de ses infrastructures techniques afin d’éliminer toute forme de latence.
  • Horaire de travail flexible : le cadre légal l’Outsourcing à Madagascar offre une plage horaire optimale. La durée de travail peut aller jusqu’à 43 heures par semaine au lieu de 35 heures. À cela s’ajoute la situation géographique favorable avec seulement 1 à 2 heures de décalage horaire par rapport à l’Europe. Les employés peuvent facilement adapter leur rythme professionnel à celui des clients.

Des facteurs concurrentiels…

L’ambition des jeunes startups malgaches constitue également une véritable aubaine pour l’essor de l’offshore informatique à Madagascar. En 2012, les chiffres recueillis par les analystes et les observateurs ont permis de classer Madagascar derrière l’Inde, le Maroc et la Roumanie en matière de domination du marché offshore. Aujourd’hui et dans un futur proche, le classement pourrait connaître un véritable bouleversement avec Madagascar et Maurice qui arrivent en tête de liste ! Avec l’engouement grandissant de la jeunesse malgache pour le travail et la recherche en matière de Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC), le développement du secteur est assuré. Cela motivera encore plus les prestataires à améliorer la qualité de leurs services afin de gagner la confiance des investisseurs étrangers qui demeurent encore hésitants.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*